13/02/2018

L'humain a-t-il encore sa place dans la formation aux langues ?

FFP

Intéressante réunion organisée par la Fédération Française de la Formation Professionnelle à Lyon en ce début Février 2018. Y participaient notamment les DRH de nombreuses entreprises prestigieuses de la région : Michelin, Esker, Bio Mérieux, etc.

Et les débats ont en grande partie porté sur un sujet qui nous intéresse tous : la digitalisation de la formation. Va-t-on vers le tout numérique ? Le numérique représente-t-il l’avenir ? Il en est ressorti que, si la digitalisation offre de nombreux avantages pédagogiques, et qu’elle correspond à un véritable effet de mode, elle n’est pas la panacée ! De l’avis unanime des utilisateurs : DRH, Organismes de Formations et clients, il ne saurait y avoir de formation sans l’humain, le formateur, le pédagogue qui a encore et toujours sa place et son rôle à jouer.

 

Et pour les formations en langues ?...

Le domaine de la formation est sujet aux modes et ce n’est pas nouveau. Au début des années 2000, le e-learning allait révolutionner l’offre et l’efficacité des formations… Quelques années plus tard, on ne parlait que de MOOC et de Serious Games

Aujourd’hui, les mots le plus entendus sont : digitalisation et réalité virtuelle …

Et la digitalisation de la formation a quelques solides atouts :

  • Digitaliser met les contenus à la disposition des apprenants à tout moment, au bureau, chez soi, dans une salle d’attente ou dans les transports en commun : digitalisation = souplesse !
  • Digitaliser les formations permet d’offrir des contenus plus nombreux, adaptés, ludiques, interactifs ; digitalisation = personnalisation !
  • Digitaliser permet de suivre individuellement chaque apprenant, de « tracker » son travail préparatoire, de visualiser ses difficultés éventuelles pour y apporter des réponses ; digitalisation = individualisation !

Le digital offre aussi l’espoir de l'ADAWAD : Anytime, anywhere, any device (espoir plus que réalité dans le domaine des langues par exemple, les smartphone ayant des écrans trop petits pour être compatibles avec des contenus pédagogiques sophistiqués).

Au-delà de ces généralités, justes certes, il convient de regarder plus en détail ; toutes les formations posent-elles les mêmes problématiques ? Une formation au management ou à la maintenance d’une machine-outil requiert-elle la même pédagogie qu’une formation en langues ?

Les Serious Games, tellement efficaces pour le management ou la gestion de crises quand les choix de solutions possibles sont au nombre de 3, 4 voire 5, mais guère plus, ne sont guère adaptés à l’échange et la conversation, quand la relation interpersonnelle propose une infinité de situations possibles…

 

Le digital n’est efficace que lorsqu’il est structuré par l’interaction humaine

Si les atouts du digital sont réels – nous en sommes de grands fans avec la méthode Cambridge intégrée par exemple, notre expérience dans le domaine de l’apprentissage des langues met en évidence les limites d’une approche digitale pure.

Le digital en complément de l’humain

Si le digital s’en tire pas trop mal pour enseigner du vocabulaire ou pour s’entraîner à la construction de phrase, il est inadapté à la conversation pour deux raisons au moins : (i) les voix et intelligences artificielles ne sont pas (encore ?) à la hauteur ; (ii) les stagiaires sont demandeurs d’interaction avec des natifs anglophones, pas avec des machines. Et les taux d'assiduité aux formations purement digitales sont notoirement mauvais dès que celles-ci sont longues.

Le digital ne prend donc tout son sens que s’il est étroitement piloté par un formateur (humain).

Le digital comme apport ponctuel sur des thèmes précis

Le domaine de la linguistique est tellement énorme, la multiplicité des situations de communications telle, que les éditeurs de plateforme sont obligés de choisir, de sélectionner, de trier pour proposer à l’apprenant ce qu’eux considèrent indispensable pour maîtriser une langue. Ce point peut se contourner dans le cadre de formations spécifiques sur un sujet précis ; lorsque l’on veut développer un bilinguisme fonctionnel comme celui des Aiguilleurs du ciel par exemple. Mais cela ne concerne que ces formations très techniques et spécifiques.

Le digital intégré dans une pédagogie globale

L’outil digital est un outil ; il n’est ni bon ni mauvais pour une formation en langues ; mais il ne se suffit pas à lui-même et doit s’intégrer dans une vraie pédagogie ? Pédagogie traditionnelle ? Pédagogie inversée ? Stagiaires qui apprennent véritablement à apprendre ? Digital proposé en fin de cursus pour faire baisser le taux horaire des formations ?

Il y a là des choix fondamentaux à faire, que les principaux éditeurs numériques n’ont pas tranchés, se contentant souvent de digitaliser les livres qu’ils proposaient auparavant.

 

Plates formes de qualité ou digitalisation à la va vite ?

Alors oui à la digitalisation des formations aux langues, mais dans le cadre d’une pédagogie mûrement réfléchie et pilotée par des formateurs. Et sans dogmatisme, car l’interaction humaine reste au cœur de l’apprentissage des langues.

Mais pas n’importe quel digital non plus, car la qualité des plates formes est très hétéroclites. Et ce n’est pas un hasard si notre réseau a choisi de s’allier à Cambridge University, dont la plateforme s’appuie sur une grande équipe de recherche et dispose d’un budget environ 10 fois supérieurs à celui de la plupart de ses concurrents. Car c’est le prix à payer pour disposer d’une structure pédagogique cohérente, d’une interface ergonomique, de contenus ruches, de multiples possibilités d’intégration avec le présentiel.

Il ne faudrait donc éviter que les OPCA ne baissent excessivement le coût des prises en charge pour le digital, alors même qu’elles claironnent haut et fort leur souci de qualité. Car cela orienterait inévitablement les organismes de formation vers les plates formes plus bas de gamme et des formules pédagogiques approximatives, au mépris de l’apprentissage et des apprenants.

Pour en savoir plus :

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-177250-la-formation-a-lere-du-digital-2138874.php

http://atheme-formation.fr/wp-content/uploads/2018/01/Comment-intégrer-la-digitalisation-dans-vos-formations_ATHEMEFormation.pdf

Victoria's
English
Le réseau
des écoles de langues
04 99 74 22 74
09/11/2018
Quelles sont les actualités du CPF ? Une équipe de France 2 a débarqué dans notre école pilote de Montpellier pour le savoir en interviewant nos stagiaires et notre personnel ! Beau moment de téléréalité !
21/09/2018
Le diable est dans les détails, tout le monde le sait, et malgré les protestations de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail dans le gouvernement d'Edouard Philippe, le monde de...
23/08/2018
C'est par un tweet en apparence anodin qu'on apprend que l'U2P Pays de Loire revendique un traitement différencié pour la formation continue des bouchers. L'U2P - première for...
26/06/2018
Better Learning Conference de 2018 à Cambridge University - Conférence de Jane Mann.   Le concept anglophone de CLIL  : Content and Language Integrated Learning correspond à l...

Voir toutes les actualités

Ce site utilise Google Analytics. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.